Résumé de la vidéo:

Pour répondre à certains enjeux environnementaux en agriculture, différentes politiques publiques nationales ont mis en place des dispositifs innovants de soutien à l’accompagnement collectif pour la transition agroécologique, tels que les GIEE, fermes DEPHY et groupes 30000. Cependant, la déclinaison régionale et la spatialisation de ces dispositifs ont été peu étudiées. Leur analyse spatialisée a permis d’identifier et de cartographier les zones denses d’appropriation et à l’inverse des zones de faibles densités grâce aux outils géomatique de carte de densité à noyau. En parallèle de ce travail technique, des ateliers participatifs avec des acteurs agricoles ont permis d’identifier les facteurs explicatifs pouvant influencer l’adoption de pratiques agroécologiques et des dynamiques collectives. Puis une analyse de cooccurrence spatiale, croisant les zones de faible et forte densité avec une sélection de données géographiques a visé à tester les facteurs explicatifs identifiés (e.g. présence d’agriculture biologique, de zones vulnérables nitrate, d’exploitations à forme juridique collective).


Ce travail est issu de la collaboration entre INRAE-UMR Dynafor (stage de Constance Chrismann, étudiante ENSG 2020-2021, encadrée par Sylvie Ladet et Floriane Clément-Kumar) et la Draaf Occitanie (en particulier Catherine Foyer-Benos, co-encadrante) et a bénéficié de l'aide des membres du comité de pilotage composé des acteurs suivants: Inrae Unité ODR ; DRAAF Occitanie services SRAA, SRAL, SRISET ; ARDEAR ; COOP DE FRANCE ; CRAO ; FR CIVAM ; FR CUMA ; Bio Occitanie.


Nous tenons à remercier également Bastien Dailloux et Nadia Vujkovic-Bukvin du service communication INRAE Occitanie Toulouse pour leur aide dans la réalisation de cette vidéo. Elle a fait l'objet d'un flash d'actualités dans l'assemblée générale du département ACT Inrae qui s'est tenu à la Grande Motte le 10 mai 2022.


Pourquoi les réserves de biosphères constituent-elles des terrains propices à des recherches transdisciplinaires sur l’environnement ? Comment y mener des recherches avec, pour et sur les territoires, où les connaissances sont co-construites avec les acteurs concernés ? Quels sont les atouts et les risques de ces recherches conduites en partenariat avec les gestionnaires et usagers des territoires ? ​

Cécile Barnaud, chercheuse à Dynafor, abordera ces questions à travers un retour d’expérience sur un projet de recherche-action conduit en partenariat avec les gestionnaires de la réserve de biosphère des Cévennes. Un jeu de rôles y a été développé pour accompagner une réflexion collective sur les enjeux d’une gestion concertée des paysages du Mont Lozère afin de concilier viabilité économique de l’élevage, conservation de la biodiversité, et préservation du patrimoine culturel.

Plus d'informations.


Yousra Hamrouni, ancienne doctorante à Dynafor, a reçu le 10 mai 2022 le Prix Léopold Escande 2021, attribué par l’Institut National Polytechnique de Toulouse pour récompenser les meilleures thèses de ses laboratoires. Yousra a brillamment œuvré au développement d’une approche opérationnelle pour l’identification automatique des peupleraies à large échelle par télédétection hypertemporelle.


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags