En cohérence avec son projet scientifique centré sur la durabilité des activités agricoles et forestières, Dynafor cherche à mener ses activités de façon durable.

La volonté de Dynafor de générer et de diffuser des connaissances, de répondre à des sollicitations, etc. génère une empreinte environnementale non négligeable. De surcroît, le système actuel d’évaluation de la recherche incite les scientifiques à être plus performant, publier plus d’articles, collecter plus de données, assister à plus de conférences, développer plus de collaborations internationales, activités qui peuvent avoir un impact environnemental considérable. La tension entre le souhait de durabilité de Dynafor et son souhait d’impact, ainsi que les attendus du système d’évaluation de la recherche, s’avère de plus en plus difficile à gérer.

Dynafor a tout d’abord évalué l’empreinte environnementale des différentes activités de l’unité et des actions déjà menées pour limiter cette empreinte: la mobilité (télétravailler, privilégier les visioconférences, prendre le train entre Toulouse et Paris, limiter les trajets en avion, covoiturer dès que possible, venir au travail en vélo), l’informatique (augmenter la durée de vie des appareils, limiter la quantité de données stockées, nettoyer sa boite mail, utiliser des documents partagés et non des pièces jointes), la collecte de données (évaluer les coûts et bénéfices de l’acquisition de nouvelles données, utiliser des méthodes non invasives ne nécessitant pas de prélever des individus ou de fortement perturber leur milieu) et le cadre de travail (développer le tri, faciliter l’approvisionnement local, bio, sans plastique, utiliser des matériaux non polluants).

Les pistes d’amélioration individuelles, collectives et institutionnelles ont été discutées lors d’un Retours du Jeudi. Ce bilan montre qu’un grand nombre de pistes d’action dépendent des niveaux d’organisation supérieurs à l’unité (centre INRA, instituts, instances d’évaluation de la recherche). C’est pour cette raison que plusieurs agents de Dynafor ont participent à la Commission Développement Durable du Centre INRA Toulouse, l’atelier d’écologie politique de Toulouse et l’initiative labos 1.5. Ces collectifs ont pour objectif de partager leurs connaissances et expériences mais aussi de s’organiser afin de pouvoir transformer en profondeur le mode de fonctionnement de la recherche.

Dynafor souhaite ainsi contribuer plus activement à faire émerger des pratiques de recherche plus durables.

B_Anglais.png

Intranet             © 2017 by Dynafor