L’écologie des paysages est la discipline centrale autour de laquelle s’organisent les activités de Dynafor. Elle est vue comme une science intégratrice des relations homme-nature. Les caractéristiques spatiales des milieux, dont il faut savoir rendre compte et analyser la dynamique et les déterminants, induisent des contraintes et des interactions sur les systèmes écologiques et sociaux-techniques, mais sont aussi le résultat d'une partie des processus au sein de ces systèmes.

 

Les travaux de Dynafor font appel au concept de paysages socio-écologiques, définis du point de vue de l’écologie comme un ensemble d’écosystèmes en interaction, et du point de vue des sciences sociales comme une des arènes sociales où les parties prenantes interagissent. Ils sont centrés sur le niveau d’organisation des paysages mais prennent en compte d’autres niveaux d’organisation, depuis l’écosystème ou l’unité d’exploitation (parcelle agricole ou peuplement forestier) jusqu’à la région ou au biome.


Nous considérons le paysage comme le fruit d’une coévolution entre les systèmes sociaux et les systèmes écologiques à des échelles spatiales et temporelles multiples qui correspondent aux différents niveaux d'organisation des processus étudiés. Ils représentent une échelle à laquelle il est pertinent de comprendre et de modéliser les relations entre les activités humaines, les processus écologiques et plus largement l’environnement pour produire des références et des outils, comme des jeux d'indicateurs, pour l’aide au pilotage de différents processus.


Les processus étudiés concernent globalement le changement d’utilisation des terres dans les paysages, l’influence des pratiques de gestion agricole et forestière sur la biodiversité à différentes échelles, l’étude spécifique du rôle des lisières agriculture-forêt sur la biodiversité et les services rendus par la biodiversité à l’agriculture et à la foresterie. L’originalité de Dynafor est d’étudier des paysages à l’interface entre forêt et agriculture, en prenant en compte un large gradient de paysages, depuis les paysages agricoles avec des arbres isolés jusqu’aux massifs forestiers, principalement dans les milieux tempérés.















 Dynafor s'intéresse à 3 grands types de systèmes, à différentes échelles et niveaux d'organisation, ainsi qu'à leurs interactions et leurs dynamiques

Nos travaux passent par la caractérisation de structures spatiales à différentes échelles et la compréhension des facteurs qui la déterminent pour la modéliser. Ces structures sont liées à des systèmes écologiques (la biodiversité) qui dépendent aussi d’autres facteurs et de relations internes.

Les structures spatiales sont aussi liées à des systèmes socio-techniques. Systèmes sociaux-techniques et écologiques sont liés via les structures spatiales, mais aussi par les services écosystémiques et les perceptions qui déterminent en partie des pratiques de gestion des ressources naturelles.

Durant la période 2014-2019, les objectifs plus spécifiques de Dynafor étaient de

1) améliorer les méthodes de caractérisation de l’hétérogénéité des paysages agriforestiers et de leur dynamique ;

2) comprendre le rôle de la structure des paysages agriforestiers pour les services écosystémiques et la place du concept de services écosystémiques dans les interactions entre acteurs :

3) comprendre les interactions écologiques et sociotechniques entre forêt et agriculture;

4) comprendre les facteurs influençant la biodiversité forestière et les processus de régulation et développer des indicateurs pour faciliter la gestion des forêts.

                             

Illustration du gradient de paysages agriforestiers étudiés par Dynafor
(gauche : polyculture-élevage et bois paysans dans les Vallées et Coteaux de Gascogne au sein de la ZA PYGAR ;
centre : élevage, forêt et fermeture des paysages dans l’OHM Pyrénées; droite :  forêts de la RB des Cévennes).

B_Anglais.png

Intranet             © 2017 by Dynafor