Données opportunistes et données protocolées



Par Pierre Bouchet (stagiaire UR EFNO. Ce stage s’inscrit dans le projet de recherche PASSIFLOR2.)


Nous avons testé une approche nouvelle de fusion de données de biodiversité opportunistes avec des données de biodiversité protocolées. Cette approche était basée sur l'utilisation d'outils de qualification de l'adéquation entre le modèle et les données (sampled posterior p-values) appliquée à des données simulées. La méthode semblait sur nos données simulées avoir de bonnes propriétés : elle ne détectait pas de différence nette entre les données et le modèle quand le modèle statistique correspondait bien au modèle ayant généré les données. A l'inverse, elle permettait de détecter des différences significatives quand le modèle statistique ne correspondait plus au modèle ayant généré les données. Cette approche est un outil intéressant pour décider dans quels cas on accepte de fusionner les données et dans quels cas on ne garde que les données protocolées.






Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives