top of page

Competition between wild and honey bees: Floral resources as a common good providing multiple ecosy


Mouillard-Lample L., Gonella G., Decourtye A., Henry M., Barnaud C. (2023) Competition between wild and honey bees: Floral resources as a common good providing multiple ecosystem services, Ecosystem Services, volume 62, 101538, ISSN 2212-0416,


Abstract: It is increasingly acknowledged that bees are declining, notably as a result of global changes such as climate and land-use changes that affect the abundance and diversity of floral resources (i.e. pollen and nectar). Recently, a new concern has gained traction: the negative impact of honeybees on wild bees due to competition over floral resources. Some studies also suggest that there might be intraspecific competition among honeybees themselves. While these issues have mainly been considered by ecological scientists so far, this study aims to address their social dimensions as well. We suggest that viewing floral resources as common-pool resources could pave the way to new governance mechanisms for their management, based on collective action involving the multiple actors that use and modify these floral resources and the associated ecosystem services. Combining conceptual insights on common-pool resources, collective action and ecosystem services, we develop a conceptual model of human–bee–flower social-ecological systems. This model was applied in a case study in the Cévennes National Park, to analyse beekeepers’ representations, practices, rules-in-use and social interactions, allowing us to identify critical levers and obstacles for collective governance of floral resources. Our analysis reveals that although there are diverse and controversial perceptions of floral resources and competition among bees, the idea of viewing floral resources as a common-pool resource underlies a range of practices and rules-in-use. In addition, we show that beekeepers’ perceptions are changing due to the increasing vulnerability of floral resources. All in all, considering floral resources as a common-pool resource appears a relevant way to study the social interdependencies involved in their management. It is now crucial to develop new forms of governance of floral resources that will reconcile beekeeping and the conservation of wild bees, in coordination with farmers and other land managers.


Résumé :

Il est de plus en plus reconnu que les abeilles sont en déclin, notamment en raison des changements globaux tels que les bouleversements climatiques et les changements d'utilisation des sols qui affectent l'abondance et la diversité des ressources florales (c'est-à-dire le pollen et le nectar). Récemment, une nouvelle préoccupation a pris de l'ampleur : l'impact négatif des abeilles mellifères sur les abeilles sauvages en raison de la concurrence pour les ressources florales. Certaines études suggèrent également qu'il pourrait y avoir une compétition intraspécifique entre les abeilles mellifères elles-mêmes. Alors que ces questions ont été principalement étudiées sous l’angle des écologues jusqu'à présent, cette étude a pour but d'aborder également leurs dimensions sociales. Nous suggérons que le fait de considérer les ressources florales comme des biens communs pourrait ouvrir la voie à de nouvelles modalités de gouvernance et de gestion, basées sur l’action collective et impliquant les multiples acteurs qui utilisent et modifient ces ressources florales et les services écosystémiques associés. En combinant les cadres conceptuels sur les biens communs, l'action collective et les services écosystémiques, nous développons un modèle conceptuel de systèmes socio-écologiques humains-abeilles-fleurs. Ce modèle a été appliqué à une étude de cas dans le parc national des Cévennes, pour analyser les représentations, les pratiques, les règles d'usage et les interactions sociales des apiculteurs, ce qui nous a permis d'identifier les leviers et les obstacles critiques pour la gouvernance collective des ressources florales. Notre analyse révèle que, malgré des perceptions diverses et controversées des ressources florales et de la compétition entre abeilles, l'idée de considérer les ressources florales comme des biens communs sous-tend un ensemble de pratiques et de règles d'usage. En outre, nous montrons que les perceptions des apiculteurs évoluent en raison de la vulnérabilité croissante des ressources florales. Dans l'ensemble, considérer les ressources florales comme des biens communs semble être une manière pertinente d'étudier les interdépendances sociales impliquées dans leur gestion. Il est désormais crucial de développer de nouvelles formes de gouvernance des ressources florales qui concilient l'apiculture et la conservation des abeilles sauvages, en coordination avec les agriculteurs et les autres gestionnaires du territoire.




Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
bottom of page