top of page

Interroger la géolocalisation des arbres-habitats comme pratique de conservation de la biodiversité

Léa Robert (stagiaire Dynafor, master 2 Gestion des Territoires et Développement Local ; Parcours MARGES « Altérités, réflexivité, géographie sociale » à l'université Jean Moulin Lyon 3, stage effectué dans le cadre de l'ANR Blobiform).



La gestion forestière publique prévoit le maintien d’arbres-habitats, c’est-à-dire d’arbres à forte valeur pour la conservation de la biodiversité, dans les peuplements exploités pour la production de bois. Des approches de géolocalisation individuelle de ces arbres sont utilisées de manière routinière par certains gestionnaires forestiers depuis quelques années. A travers une enquête qualitative, l’étude analyse cette pratique émergente de géolocalisation d’arbres-habitats dans différents contextes de gestion forestière : d’une part, au sein de l’Office National des Forêts (ONF), et, d’autre part et de manière moins approfondie, dans le cadre de la certification FSC et des contrats Natura 2000. Cette étude mobilise des approches et concepts des sciences et techniques, de la political ecology et de la cartographie critique, afin d’analyser le réseau sociotechnique qui s’est constitué autour de la pratique de géolocalisation. Notre recherche se tourne également sur les représentations de cette pratique, son influence sur les circulations de savoirs et relations de pouvoir, tout en questionnant sa contribution effective à la conservation de la biodiversité



















תגובות


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
bottom of page