Tree size, microhabitat diversity and landscape structure determine the value of isolated (...)



Froidevaux, J. ; Laforge, A. ; Larrieu, L. ; Barbaro, L. ; Park, K. ; Fialas, P. ; Jones, . (2022). Tree size, microhabitat diversity and landscape structure determine the value of isolated trees for bats in farmland. Biological Conservation. 267. 109476. 10.1016/j.biocon.2022.109476.



Abstract:

Isolated trees are increasingly recognised as playing a vital role in supporting biodiversity in agricultural landscapes, yet their occurrence has declined substantially in recent decades. Most bats in Europe are tree-dependent species that rely on woody elements in order to persist in farmlands. However, isolated trees are rarely considered in conservation programs and landscape planning. Further investigations are therefore urgently required to identify which trees – based on both their intrinsic characteristics and their location in the landscape – are particularly important for bats. We acoustically surveyed 57 isolated trees for bats to determine the relative and interactive effects of size, tree-related microhabitat (TreM) diversity and surrounding landscape context on bat activity. Tall trees with large diameter at breast height and crown area positively influenced the activity of Pipistrellus pipistrellus and small Myotis bats (Myotis spp.) while smaller and thinner trees favoured M. myotis activity. The diversity of TreMs that can be used as roosts had a positive effect on (i) Barbastella barbastellus activity only when trees were relatively close (<50 m) to woody patches, (ii) Pipistrellus nathusii/kuhlii activity only in the most heterogeneous landscapes, and (iii) Myotis spp. activity only in the most forested environment (>10% within 100 radius scale). The potential benefits of isolated trees for bats result from ecological mechanisms operating at both tree and landscape scales, underlining the crucial need for implementing a multi-scale approach in conservation programs. Maintaining the largest and most TreM-diversified trees located in the most heterogeneous agricultural landscapes will provide the greatest benefits.


Résumé:

Les arbres isolés sont de plus en plus reconnus comme jouant un rôle essentiel dans le maintien de la biodiversité dans les paysages agricoles, mais leur présence a considérablement diminué au cours des dernières décennies. La plupart des chauves-souris d'Europe sont des espèces arboricoles qui dépendent d'éléments ligneux pour persister dans les terres agricoles. Cependant, les arbres isolés sont rarement pris en compte dans les programmes de conservation et d'aménagement du paysage. Il est donc urgent de mener des recherches supplémentaires afin d'identifier les arbres - en fonction de leurs caractéristiques intrinsèques et de leur emplacement dans le paysage - particulièrement importants pour les chauves-souris. Nous avons échantillonné acoustiquement les chauves-souris autour de 57 arbres isolés afin de déterminer les effets relatifs et interactifs de la taille, de la diversité des dendro-microhabitats (TreM) et du contexte paysager environnant sur l'activité des chauves-souris. Les grands arbres avec un grand diamètre à hauteur de poitrine et une grande surface de couronne ont influencé positivement l'activité de Pipistrellus pipistrellus et des petits murins (Myotis spp.) tandis que les arbres plus petits ont favorisé l'activité de M. myotis. La diversité des TreM pouvant servir de gîtes a eu un effet positif sur (i) l'activité de Barbastella barbastellus uniquement lorsque les arbres étaient relativement proches (<50 m) de parcelles boisées, (ii) l'activité de Pipistrellus nathusii/kuhlii uniquement dans les paysages les plus hétérogènes, et (iii) l'activité de Myotis spp. uniquement dans l'environnement le plus boisé (>10% dans un rayon de 100 m). Les bénéfices des arbres isolés pour les chauves-souris résultent de mécanismes écologiques opérant à la fois à l'échelle de l'arbre et du paysage, soulignant le besoin crucial de mettre en œuvre une approche multi-échelle dans les programmes de conservation. Le maintien des arbres les plus grands et les plus diversifiés en termes de TreM, situés dans les paysages agricoles les plus hétérogènes, apportera les plus grands bénéfices.



Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives