La conversion de systèmes de culture en gradients écologiques saisonniers ...


Titre complet: La conversion de systèmes de culture en gradients écologiques saisonniers relève les réponses en cloche des carabes à l’intensité de la gestion agricole.


Par Lucile Muneret (post-doctorante, UMR Agroécologie, Inrae Dijon)


Il est difficile de mesurer les impacts relatifs des différentes interventions culturales sur la biodiversité, notamment en comparaison d'autres variables environnementales tels que les contextes météorologiques et paysagers. Ici, en transformant l'ensemble des interventions des systèmes de cultures en gradients de ressources et de perturbations, sur un jeu de données constitué de 274 systèmes de cultures situés dans différents contextes paysagers (projet SEBIOPAG), nous montrons que les conditions météorologiques sont le facteur les plus important pour expliquer la distribution des carabidés dans les agrosystèmes (46% de variance expliquée). Comparativement, les gradients de ressources et de perturbations issus des systèmes de cultures contribuent à hauteur de 25% de la variance expliquée. L'effet de ces variables montre des effets de seuil, mettant en évidence des niveaux d'intensité de pratiques au-delà desquelles elles sont délétères pour les carabidés, leur effets étant d'autant plus importants que les pratiques sont employées au printemps. Cet article met en œuvre un cadre conceptuel pour l'analyse des effets de pratiques culturales sur la biodiversité tout en fournissant un appui pratique pour guider la transition agroécologique.





Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives