top of page

COVID-19 shutdown revealed higher acoustic diversity and vocal activity of flagship birds (...)

Les confinements lié au COVID ont été mis à profit pour réaliser des observations inédites sur l'activité des oiseaux en forêt. Un article coordonné par L Barbaro (Dynafor) présente ces résultats originaux.

Résumé en français:

Le confinement dû au COVID-19 a créé une situation quasi-expérimentale pour les écologistes au printemps 2020, offrant une libération sans précédent de l'espace acoustique pour les paysages sonores aviaires en raison des niveaux de technophonie les plus bas enregistrés depuis des décennies. Nous avons effectué une surveillance acoustique passive à grande échelle dans 68 peuplements forestiers pendant et après la fermeture afin de comparer leur diversité acoustique sous différents régimes de gestion. Nous avons conçu un plan d'échantillonnage avant-après de 18 peuplements appariés afin d'évaluer l'effet à court terme de la fermeture sur la diversité acoustique diurne et nocturne des paysages sonores forestiers. Nous avons évalué si les réserves de vieilles forêts abritaient une plus grande diversité acoustique et une plus grande activité vocale des oiseaux spécialistes que les peuplements de production pendant la fermeture, et si l'effet de la gestion était influencé par la fragmentation du paysage et la distance par rapport aux routes. Nous avons calculé la richesse acoustique et l'activité vocale des oiseaux spécialistes en effectuant systématiquement des écoutes auditives de 15 minutes pour identifier les vocalisations des espèces dans tous les peuplements enregistrés. La fin du confinement COVID-19 a entraîné une diminution rapide de la biophonie diurne et nocturne et de la diversité acoustique. Pendant la période d'arrêt, nous avons constaté que la biophonie et la diversité acoustique étaient significativement plus élevées dans les réserves de forêts anciennes que dans les peuplements de production. La richesse acoustique des oiseaux et les vocalisations des deux spécialistes phares les plus fréquents, Dendrocoptes medius et Phylloscopus sibilatrix, étaient également plus élevées dans les vieux peuplements. Il est intéressant de noter que cet effet positif des peuplements anciens sur les paysages sonores forestiers suggère qu'ils pourraient potentiellement atténuer le bruit de la circulation, car la distance par rapport aux routes n'a diminué la diversité acoustique et la biophonie qu'à l'extérieur des réserves de vieux bois. De même, la richesse en oiseaux emblématiques a augmenté avec la couverture de vieux peuplements dans le paysage environnant, tandis que la densité des lisières a eu un effet négatif à la fois sur la diversité acoustique et sur les oiseaux emblématiques. Nous suggérons que l'amélioration du réseau de réserves de vieux bois mis en place dans les forêts publiques françaises fournirait un cadre connecté de sanctuaires acoustiques atténuant l'effet toujours croissant de la technophonie sur la diversité acoustique des paysages sonores des forêts tempérées.


Luc Barbaro, Jérémy S.P. Froidevaux, Elena Valdés-Correcher, François Calatayud, Laurent Tillon, Anne Sourdril,

COVID-19 shutdown revealed higher acoustic diversity and vocal activity of flagship birds in old-growth than in production forests, Science of The Total Environment, 2023, 166328, ISSN 0048-9697, https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2023.166328.(https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969723049537)



Résumé graphique de l'article



コメント


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
bottom of page