Laforge Alexis

Thèse : Chiroptères, Infrastructures routières et Fragmentation du paysage

- Directeur de thèse : Luc barbaro (INRA UMR Dynafor)
- Co-encadrant de thèse : Frédéric Archaux (IRSTEA)

Financement : bourse CIFRE

Employeur/Encadrement technique: Conservatoire des Espaces Naturels de Midi-Pyrénées (CENMP)

- Résumé:

La perte et la fragmentation des habitats naturels induites par le développement de l’agriculture et de l’urbanisation sont considérées comme les causes majeures de l’extinction de masse de la biodiversité (Fischer & Lindenmayer, 2007). A travers les études d'impact réalisées lors des aménagements routiers, il a été constaté que les chiroptères représentent un groupe très impacté par les collisions routières. En effet, les infrastructures routières ont un impact important à la fois par l’altération ou la destruction de leurs habitats naturels (gîtes, territoires de chasse), par l’obstacle aux déplacements mais également en tant que facteur de mortalité direct d’individus due aux collisions avec les véhicules (Hutson et al.,2001, Cerema, 2016). Malheureusement,  notre connaissance actuelle de l'impact de la fragmentation du paysage par le réseau routier sur les chiroptères ne permet pas de fournir des recommandations de conservation efficaces.
Or, plusieurs traits d’histoire de vie chez les chauves-souris peuvent potentiellement expliquer qu’elles peuvent être particulièrement sensibles à la perte et à la fragmentation des habitats et que les routes sont des zones à haut risque (Schofield & Mitchell-Jones, 2011). En effet, les chiroptères exigent des domaines vitaux bien plus importants que ce qui est prédit pour les autres mammifères de masse corporelle équivalente (Kelt & Van Vuren, 1999). Leurs utilisations de secteurs souvent différents pour se nourrir, se reproduire, hiberner, mettre bas et leurs déplacements saisonniers entre les gîtes d'été et les gîtes d'hiver sont également susceptibles d'augmenter les occasions de traverser les routes.
Les recherches récentes montrent que les assemblages de chiroptères sont plus influencés par la distribution des types d’habitat à l’échelle paysagère et régionale que par des paramètres bioclimatiques, en particulier la proportion d’habitats anthropiques et la présence de forêts de feuillus (Boughey et al., 2011 ; Mehr et al., 2011 ; Charbonnier et al. in press).


De plus, la configuration et la connectivité des éléments de la mosaïque paysagère ont un effet positif sur l’activité de certaines guildes de recherche alimentaire chez les chiroptères (Ethier & Fahrig 2011 ; Frey-Ehrenbold et al., 2013). Il est donc attendu que la fragmentation du paysage par le réseau routier ait un effet variable selon l’échelle spatiale considérée, la densité du réseau routier, les traits d'histoire de vie de chacune des espèces et les différents contextes paysagers disponibles (composition et structuration).
Cette thèse a donc pour objectif d'améliorer notre compréhension autour des mécanismes écologiques en jeux lors de la  construction d'une route sur le déplacement et l'activité nocturne des chiroptères, sur la distribution  des populations à large échelle spatiale ainsi que sur la structuration des communautés de chiroptères en développant des approches fonctionnelles multi-échelles.

Formation :
 

J'ai suivi une formation d'écologue, d'abord plutôt vouée au milieu professionnel de la conservation et de l'expertise naturaliste à travers un BTS GPN et une licence professionnelle avant de me tourner vers la recherche à travers un master en " Biodiversité et Gestion de l'Environnement" à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) dont j'ai été diplômé en 2016.

Please reload

Intranet             © 2017 by Dynafor