top of page

Rôle des infrastructures et des pratiques agroécologiques (...)








Pierre Mallet (UMR Dynafor).


L’intensification de l’agriculture est une menace majeure pour la biodiversité. L’homogénéisation des paysages et les changements de pratiques réduisent la quantité et la qualité des habitats disponibles. Dans ce contexte, l’écologie des paysages peut être utilisée dans le but de proposer des modes de gestion agroécologique favorables à la biodiversité. Dans cette thèse j’ai étudié les effets des interactions entre les bordures de parcelles et les pratiques agricoles ainsi qu’entre les bordures de parcelles et les milieux semi-naturels. J’ai pris pour modèle d’étude les paysages rizicoles du delta du Rhône en Camargue. Les paysages camarguais se caractérisent par de grands espaces de zones humides protégés en réserve, des zones de pâturage extensif et de marais à vocation cynégétique et des parcelles de grande culture. Selon leur localisation, ces cultures sont entourées de milieux semi-naturels ou dans des paysages d’openfields. En tant que zone humide majeure du bassin méditerranéen, il existe dans le delta du Rhône des enjeux de conservation de la biodiversité très importants. La Camargue est donc une zone d’étude intéressante pour travailler sur des modes de gestion agroécologique qui permettent de concilier la production alimentaire et la conservation de la biodiversité.











Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
bottom of page