La rugosité de la limite de la ville a-t-elle un effet positif pour la production agricole (...)



La rugosité de la limite de la ville a-t-elle un effet positif pour la production agricole vers les marchés locaux?


Par Michel Mouléry (doctorant INRAE Ecodeveloppement & UMR ESPACE, Avignon université).


Cette présentation aura pour but de caractériser et d’analyser la relation fonctionnelle entre espace agricole et villes, au regard de la question de l’approvisionnement local, afin d’apporter une aide à l’arbitrage public. Pour exprimer la relation entre ville, agriculture et alimentation, nous nous appuierons principalement sur le cadre théorique de l’écologie du paysage. Dans ce cadre, l’hypothèse mettant en relation l’agencement spatial d’espaces diversifiés et la dynamique des écosystèmes sera appliquée aux espaces agricoles connectés à la ville, considérant que la forme et l’agencement des espaces agricoles comme la forme et la localisation des espaces urbains ont un effet sur la nature des systèmes productifs. Nous reprenons à ce titre, la notion de signatures spatiales, qu’elles soient agricoles (une relation visible entre la nature des systèmes agricoles (intensifs versus diversifiés)) et leur organisation spatiale - (Sanz Sanz, 2016) ou urbaines (la forme de la ville influe sur les conditions de sa connexion à l’agriculture (Brinkley, 2019).



Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives