Les Amphibiens et la structure des paysages : intérêt de ce groupe biologique pour la définition des réseaux écologiques à différentes échelles spatiales

 

 

Par  Florence Matutini (doctorante, UMR Bagap Rennes)

 

Identifier, conserver et restaurer un réseau cohérent et fonctionnel d’habitats favorables à la biodiversité est fondamental face aux enjeux écologiques et sociétaux actuels. En France, la politique de Trame Verte et Bleue (TVB) a pour objectif le maintien et la restauration des réseaux écologiques à différentes échelles spatiales en améliorant leur prise en compte dans les réflexions d’aménagement du territoire. Sa mise en œuvre a cependant soulevé de nombreuses questions et a notamment montré la difficulté de mobiliser les données, connaissances et expertises écologiques dans la définition et l’évaluation des continuités écologiques. La région Pays-de-la-Loire possède une responsabilité importante quant à la conservation du bocage, mosaïque paysagère composée de petits bois, de prairies, de réseaux de mares et de haies, détenant localement un rôle écologique et fonctionnel important pour de nombreuses espèces. Une « sous-trame bocagère » a été définie pour que les continuités écologiques bocagères identifiées soient prises en compte dans les documents d’urbanismes ligériens. Une thèse a débuté en novembre 2017 visant à évaluer la qualité écologique et fonctionnelle des mosaïques paysagères régionales à partir de données biologiques d’espèces « multi-habitats » : les amphibiens. L’un des objectifs de cette thèse est d’évaluer les continuités écologiques régionales définies dans la TVB à l’aide de données issues de sciences participatives et de différents outils de modélisation spatiale couplant modèles d’habitat favorable et analyse des connectivités. Pour cela, une démarche participative et inclusive a été mise en place afin de compléter les données existantes et de renforcer les liens entre structures académiques et non-académique avec le soutien de la SFE²-H&B-AFB-FRB via la bourse « Écologie impliquée » R. Barbault et J. Weber. Les retours du jeudi du 7 mai prochain permettront de revenir sur l’intérêt de cette démarche et de présenter les premiers résultats obtenus quant à l’identification des réseaux écologiques régionaux associés à certaines espèces d’amphibiens liées aux paysages bocagers.

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Motion Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche

February 15, 2020

1/3
Please reload

Posts Récents

April 29, 2020

April 22, 2020

Please reload

Archives