Contribution de la diversification végétale à différentes échelles au maintien des pollinisateurs sauvages

 

 

Par Audrey Alignier (UMR BAGAP, Inra de Rennes)

 

La diversification végétale est considérée comme une stratégie de gestion prometteuse pour favoriser la biodiversité et le fonctionnement des agro-écosystèmes. Cependant, peu de travaux ont évalué simultanément les contributions de la diversité végétale des compartiments cultivés (ex. association cultures-légumineuses) et non cultivés (ex. flore adventice, flore des bordures de champs), à différentes échelles spatiales (de la parcelle au paysage) sur les communautés d'insectes pollinisateurs. En s'appuyant sur un réseau de parcelles de la Zone Atelier Armorique, nous montrons que les associations céréales-légumineuses favorisent l'abondance des bourdons tandis que la flore adventice a un effet positif sur l'abondance de plusieurs groupes de pollinisateurs (abeilles solitaires, bourdons, syrphes). La flore des bordures de champs n'a, quant à elle, pas d'effet significatif sur l'abondance des différents groupes de pollinisateurs. Nos résultats questionnent à la fois la place des adventices et le rôle du contexte paysager pour le maintien des pollinisateurs sauvages dans les paysages agricoles bretons.

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Motion Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche

February 15, 2020

1/3
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload