Soutenance de thèse de Noelline Tsafack Menessong

Abondance et origine trophique de la noctuelle de la tomate Helicoverpa armigera (Hübner 1808) (Lepidoptera : Noctuidae) dans les paysages ruraux de production cotonnière au Nord Bénin.

Directeur(s) de Thèse :


MME ANNIE OUIN
M. PHILIPPE MENOZZI

 

Composition du jury :

Mme FRANCOISE BUREL, UNIVERSITE RENNES 1, Président
M. MARC DECONCHAT, INRA TOULOUSE, Membre
Mme ANNIE OUIN, INP TOULOUSE, Membre
M. PHILIPPE MENOZZI, CIRAD-IRD COTONOU, Membre

Mme ANNE LE RALEC, AGROCAMPUS OUEST, Rapporteur
M. SAMUEL NIBOUCHE, CIRAD ST PIERRE, Rapporteur

 

Résumé :

 

Mettre en place des stratégies de lutte contre les ravageurs, indépendantes des produits chimiques est un objectif fondamental pour une protection durable des cultures contre les ravageurs et la conservation d'un environnement sain pour les populations humaines en zone rurale. L'objectif principal de ce travail était de contribuer à la mise en place d'une lutte biologique par gestion des habitats à l'échelle du paysage de la noctuelle polyphage Helicoverpa armigera, principal ravageur de cotonnier dans le nord Bénin. Cette thèse visait à analyser l'influence des pratiques agricoles et de l'organisation du paysage sur l'abondance et l'origine trophique de H. armigera. L'analyse biochimique d'individus élevés en laboratoire, nous a permis de confirmer le fait que le gossypol est un bon marqueur pour identifier les adultes qui ont passé leur vie larvaire sur le cotonnier. Au contraire de la tomatine qui ne peut être considérée comme un marqueur de la tomate car la tomatine a été détectée seulement chez les larves d'H. armigera et non chez les adultes. Notre étude sur le terrain au nord Bénin dans 40 parcelles, a montré que les pratiques agricoles avaient un fort effet sur l'infestation larvaire. La date de semis et la fréquence de sarclage étaient négativement corrélées à l'infestation larvaire. La proportion de cotonniers dans le paysage et celle de tomate ont influencé positivement l'infestation en larves d'H. armigera. Nous avons également montré qu'un précédent cultural tomate présentait une abondance larvaire en moyenne trois fois supérieur à un précédent cultural maïs. Ensuite, dans des rayons de 100 m, 250 m et 500 m, nous avons étudié les effets de la composition et de l'hétérogénéité du paysage d'une part sur l'abondance des adultes d'H. armigera et d'autre part sur leur origine trophique. L'hétérogénéité du paysage en plantes hôtes est le facteur paysager principal qui a influencé positivement l'abondance des adultes. Les isotopes stables de Carbone nous ont permis d'identifier les individus dont la larve s'était nourrie sur des plantes de type photosynthétique C3 (cotonniers, tomates, ...) ou C4 (maïs, sorgho, ...). L'origine trophique, plantes hôtes C3 ou C4, est reliée positivement à la proportion de plantes hôtes respectivement C3 ou C4 dans un rayon de 500m. Seulement 10% des individus ayant consommés des plantes en C3 ont été détecté positif au gossypol. La proportion de cotonniers dans le paysage ne semble pas expliquer la proportion d'individus détectés positif au gossypol. Nous formulons des propositions de gestion de l'assolement et des rotations culturales pour contribuer à la régulation d'H. armigera. Ainsi, il faudrait éviter que le cotonnier soit semé sur un précédent cultural tomate. Il serait important de décaler les dates de semis entre les parcelles de cotonniers voisines et de respecter la fréquence de sarclage minimale qui est de trois. Par ailleurs, il serait judicieux de préférer un environnement paysager homogène autour d'une parcelle de cotonnier, en privilégiant par exemple, le maïs

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Les coléoptères s’exposent pour ne pas disparaître

May 16, 2019

1/3
Please reload

Posts Récents

November 12, 2019

November 7, 2019

Please reload

Archives
Please reload

Intranet             © 2017 by Dynafor