Soutenance de thèse de Julie Ryschawy

Eclairer les conditions de maintien d'exploitations de  polyculture - élevage durables  en zone défavorisée simple européenne.  Une étude de cas dans les Coteaux de Gascogne.

Composition du jury :

Jean-Marc MEYNARD , INRA, UMR SADAPT, Paris  - Président du jury
Catherine DISENHAUS, INRA, Agrocampus Ouest, Rennes - Rapporteur
Niels HALBERG, IFCROPS, Danemark -Rapporteur
Jean-Yves DOURMAD , INRA, UMR PEGASE, Rennes  - Examinateur
Stéphane INGRAND, INRA, UMR Métafort, Theix - Examinateur
Annick GIBON, INRA, UMR 1201 DYNAFOR, Toulouse -Directrice de thèse
Alexandre JOANNON, INRA, UMR SAD PAYSAGE, Rennes - Co-directeur de thèse

 

Résumé :

 

Les exploitations de polyculture-élevage sont de plus en plus reconnues au plan international comme limitant les problèmes environnementaux tout en permettant une agriculture productive et économiquement viable. Les incitations à la spécialisation de la PAC et la diminution de la main d'oeuvre agricole les ont néanmoins marginalisées en Europe. Cette thèse vise à éclairer les conditions de maintien d'exploitations de polyculture-élevage durables. Un travail en partenariat avec des agriculteurs, maires et conseillers agricoles a été conduit sur un cas d'étude en zone défavorisée simple française, les Coteaux de Gascogne. Nos travaux ont montré que, malgré une forte variabilité entre exploitations, la polyculture-élevage locale était un bon compromis par rapport à la spécialisation pour une durabilité environnementale et économique. Une analyse des trajectoires passées des exploitations nous a permis d'éclairer quatre types de « chemins pour durer » en polyculture-élevage. Parmi ceux-ci, deux sont apparus pertinents pour le maintien de la polyculture-élevage en contexte incertain : « maximiser l'autonomie » et « diversifier les ateliers ». Sur la base de ces deux types de trajectoires, nous avons co-construit avec les partenaires deux scénarios techniques prospectifs. Pour le type « maximiser l'autonomie », implanter des intercultures fourragères basées sur des légumineuses permettrait de favoriser l'autonomie alimentaire du troupeau en maintenant la fertilité des sols. Pour le type « diversifier les ateliers », finir des génisses permettrait de les valoriser en circuit court. Ces scénarios ont été adaptés puis simulés sur des exploitations locales. Ce type de démarche a permis i) d'impliquer fortement les acteurs locaux via des réunions collectives et ii) une approche prospective originale fondée sur une étude rétrospective intégrant le temps long.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Motion Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche

February 15, 2020

1/3
Please reload

Posts Récents

April 29, 2020

Please reload

Archives