Soutenance de thèse de Carole Vuillot

Paysages agricoles et biodiversité dans les représentations sociales et les modèles mentaux des agriculteurs. Une approche comparée de quatre régions françaises
 

Doctorante associée

Composition du jury :

M. Pascal MARTY, Professeur des Universités, ENS Lyon (Rapporteur)
Mme. Anne-Caroline PREVOT, DR, CNRS (Rapporteur)
M. Nicolas BECU, CR, CNRS (Examinateur)
Mme. Elisabeth MICHEL-GUILLOU, MC, Université de Bretagne Occidentale (Examinateur)
M. Doyle MCKEY, Professeur des Universités, Université de Montpellier (Examinateur)
M. Raphaël MATHEVET, DR, CNRS (Directeur de Thèse)
Mme. Annick GIBON, DR, INRA (Co-Directrice de Thèse)
Mme. Clélia SIRAMI, CR, INRA (Invitée)

Résumé :

Face à l’érosion de la biodiversité en milieu agricole, les principes de l’agro-écologie sont de plus en plus mobilisés. Il s’agit de développer des modes de gestion intégrée des milieux agricoles conciliant production et conservation de la biodiversité tout en intégrant les connaissances locales pour s’adapter à la réalité des contextes régionaux. Notre travail de thèse s’intéresse aux représentations que les agriculteurs – en tant que principaux producteurs des paysages agricoles – se font des réseaux d’interdépendances qui façonnent ces socio-agro-écosystèmes. Pour cela, dans le cadre du projet ERA-Net BiodivERsA FarmLand, nous étudions et comparons les représentations sociales du paysage et les modèles mentaux que les agriculteurs ont de son fonctionnement et de son évolution dans quatre régions françaises à dominante agricole (Camargue, Plaine et Val de Sèvre, Armorique, Coteaux de Gascogne). Nous utilisons pour cela une approche associant des méthodes d’analyse quantitative et qualitative. Nous nous interrogeons sur l’influence de l’institutionnalisation de la conservation de la biodiversité (ICB) sur les représentations. Dans les régions où l’ICB est la plus forte (Camargue et Plaine et Val de Sèvre), nous comparons les modèles mentaux du fonctionnement du paysage agricole chez les agriculteurs et les scientifiques de la conservation. Nous explorons également les liens entre modèles mentaux et pratiques agricoles au sein de la région des Coteaux de Gascogne. Nos résultats mettent en évidence la forte variabilité des représentations chez les agriculteurs, mais une conception partagée de leur rôle d’intendants des paysages agricoles. Nous montrons que l’ICB joue un rôle contrasté sur la place accordée à la biodiversité dans les représentations du paysage agricole selon les sites. Nous discutons des apports de ces résultats et du type d’approche utilisé, pour aller vers une gestion concertée et intégrée des paysages agricoles et de leur biodiversité. Nous proposons un continuum méthodologique, à l’interface entre plusieurs disciplines, pour l’étude des représentations des systèmes socio-écologiques complexes et une réflexion sur la mise en œuvre de l’interdisciplinarité dans l’étude des socio-écosystèmes

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Motion Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche

February 15, 2020

1/3
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives