Part of Dynafor's activity is based on research contracts with multiple partners (Europe, ANR, Ministries, region, NGOs, companies, etc.). These research contracts contribute to Dynafor's resources and the dissemination of its skills and expertise.

 

Dynafor is involved in five European projects on three priority themes for the unit. Fundiv Europe (2010-2015, FP7), SmallForest (2012-2014, Biodiversa) and ClimTree (2016-2020, Belmont Forum) focus on forest ecology. FarmLand (2012-2016, Biodiversa) focuses on the ecology of agricultural landscapes. Niva (2019-2022, H2020) focuses on the development of tools based on remote sensing for the Common Agricultural Policy.

 

Dynafor acquired and managed 83 contracts over the 2014-2019 period, including 45 as leader and 38 as partners, 9 international, 44 national, 18 with local authorities, 10 with foundations or private companies, and 3 Future Investment Programme.

B_Français.png

CERES

Connectivite des Ecosystemes forestiers et Rivulaires de l’Espace Sudoe

2018

Responsable scientifique : Antoine Brin

Actuellement, il existe peu de coopération entre gestionnaires d'espaces naturels, scientifiques et administrations de l'espace SUDOE permettant d'apporter des réponses conjointes à des enjeux communs. Ainsi, le projet CERES prévoit de mettre en oeuvre des actions pour maintenir et/ou améliorer ces réseaux de continuités écologiques afin d'améliorer la biodiversité et les fonctions écologiques permettant la libre circulation des espèces animales et végétales. Cette coopération transnationale vise à apporter aux acteurs des territoires deux principaux outils :

- Un outil d'amélioration des connaissances via le développement d'une méthode commune pour caractériser la qualité et la connectivité écologique des écosystèmes forestiers et rivulaires de l'espace SUDOE ;

- Un outil d'amélioration des pratiques de gestion des continuités écologiques et des habitats naturels à différentes échelles pour optimiser leur fonctionnement et préserver, maintenir et accroître la biodiversité.

Elanion

Evolution à Long terme des Assemblages d’espèces Natives et Indicatrices d’Oiseaux Nicheurs

2018

Responsables scientifiques : Luc Barbaro et Anne Sourdril

Dans le cadre du projet ELANION, nous cherchons à évaluer le rôle respectif des changements climatiques et paysagers sur l’évolution à long terme de la biodiversité d’un groupe taxonomique emblématique des paysages ruraux de la zone d’étude, les assemblages d’oiseaux nicheurs.Nous analyserons en particulier l’expansion d’une espèce indicatrice nouvelle pour la ZA, l’élanion blanc, et la perception des effets de ces changements par les acteurs locaux. Le projet regroupe une équipe interdisciplinaire constituée de chercheurs et ingénieurs d’unités de recherche travaillant sur la ZA Pygar et d’équipes extérieures pouvant contribuer à la compréhension des changements socio-écologiques observés.

SEBIOPAG

Services Ecosystémiques assurés par la BIOdiversité dans les Paysages AGricoles

2018

Responsable scientifique : Aude Vilatte

Le projet a pour objectif d'étudier et de caractériser les services écosystémiques rendus par la biodiversité dans les paysages agricoles. Le suivi de l’évolution de ces services permet de déterminer les capacités de réponse et d’adaptation de l’agriculture à des changements globaux. Cinq sites de recherche (dont celui des vallées et côteaux de Gascogne de DYNAFOR)  ayant une expérience sur les dispositifs à long terme travaillent en réseau. Leur diversité biogéographique permet de couvrir différents types de climats et de systèmes de production représentatifs du territoire français. Les mesures directes y sont privilégiées afin d’évaluer l’efficacité des services écosystémiques rendus par la prédation, la pollinisation et la dissémination des graines dans différents contextes paysagers.

Climtree

Impacts écologique et socio-économique du dépérissement des arbres induit par les changements climatiques dans les forêts de montagne

2017

Responsable scientifique : Laurent Larrieu (DYNAFOR), Christophe Bouget (IRSTEA- Unité EFNO)

On constate dans le monde entier des dépérissements de forêts en liaison avec des changements climatiques ; en France, le déficit foliaire moyen du sapin pectiné augmente dans les Pyrénées et le massif central ; L'indice de déficit foliaire a tendance à augmenter dans les Pyrénées depuis 2000.

FORETEXIL

Les vieilles FORETs du Maramureș (Carpates orientales) face à l’EXploitation forestière Intensive : plan d'urgence pour une étude gLobale en vue de leur préservation et gestion durable.

2017

Responsable scientifique : Vanessa Py (CNRS GEODE)

Les prélèvements forestiers intensifs dans les vieilles forêts des Carpates interpellent la communauté internationale. En effet, ces forêts de haute naturalité sont indispensables au maintien d'une biodiversité biologique unique et offrent des services écosystémiques d'adaptation aux changements globaux sous-évalués. Les études récentes montrent l'ampleurdes prélèvements de bois, mais peu d'entre elles analysent leurs changements holocènes récents et les processus socioenvironnementaux qui ont conduit à la situation actuelle. Face à l'urgence, ce projet interdisciplinaire propose leur diagnostic diachronique et une évaluation de leurs vulnérabilités en vue de leur préservation et de leur gestion durable.

GRASP

GRAssland ecosystem Services in the Pyrenees

2017

Responsable scientifique : Clélia Sirami

Les services écosystémiques sont définis comme étant les biens et services que les hommes peuvent tirer des écosystèmes, directement ou indirectement, pour assurer leur bien-être (nourriture, qualité de l’eau, paysages,…). Ils dépendent des fonctions écologiques souvent elle-même influencées par la biodiversité. Or, la biodiversité est influencée par plusieurs changements globaux, en particulier les changements d’utilisation des terres, les changements climatiques, la pollution, etc. L’objectif général du projet GRASP est d’évaluer les effets de ces différents facteurs sur les services écosystémiques fournis par les prairies au sein de l’OHM Pyrénées Haut Vicdessos. Le projet GRASP fait suite au projet HeritSERV qui a eu lieu en 2017 et s’est focalisé sur les effets des paysages actuels et historiques sur les services écosystémiques fournis par les prairies dans la vallée de Vicdessos. Dans le projet GRASP, il s’agira 1) de compléter l’évaluation des services et de la biodiversité des prairies, 2) de recueillir des informations sur la gestion des prairies et la fertilité des sols, 3) d’explorer les relations entre paysage, gestion et trois types de pollution (lumineuse, sonore, des sols), ainsi que leurs effets sur les services et 4) d’amorcer la comparaison de ces effets entre la vallée de Vicdessos et celle de Villelongue.

HeritServ

Observation des effets d'héritage des paysages du passé sur les services écosystémiques actuels

2017

Responsable scientifique : Clélia Sirami

Les services écosystémiques sont définis comme étant les biens et services que les hommes peuvent tirer des écosystèmes, directement ou indirectement, pour assurer leur bien-être (nourriture, qualité de l'eau, paysages,…). Ils dépendent des fonctions écologiques elle-même influencée par la biodiversité. Or, la biodiversité répond aux changements de paysage avec un certain retard. Ce phénomène est à l'origine de ce que l'on appelle les effets d'héritage. L'objectif général du projet postdoctoral HeritSERV sera d'évaluer l'ampleur de ces effets d'héritage des paysages du passé sur les services écosystémiques actuels. Pour tester cette hypothèse, le projet propose de comparer les services écosystémiques actuels aux paysages actuels et passés au sein de l'OHM Pyrénées Haut Vicdessos.

QuantiTrem

2017

Responsable scientifique : Emilie Andrieu

Le frêne a joué un rôle central dans les systèmes agro-pastoraux traditionnels des Pyrénées. Au-delà de leur participation à l’esthétique des paysages pyrénéens, ils fournissent deux services écosystémiques importants et liés : la production de bois et de fourrage d'appoint induit des blessures par les tailles successives, qui aboutissent à la formation de nombreuses cavités (dendro-microhabitats) représentant des habitats essentiels pour la conservation de nombreuses espèces cavicoles. Les niveaux de ces services (production et conservation de la biodiversité) varient dans le temps, de par leur dépendance au contexte socio-économique (par exemple la déprise agricole) et au contexte écologique (par exemple l'arrivée de la Chalarose du frêne qui aura de lourds impacts sur cette essence).

Les objectifs du projet sont : 1) de déterminer les liens entre mode de gestion des frênes et la quantité et qualité des dendro-microhabitats qu’ils portent, 2) d’évaluer la ressource paysagère en dendro-microhabitats autours des frênes échantillonnés et 3) de mettre au point et tester la méthode de capture des insectes saproxyliques des cavités des frênes afin de caractériser leurs communautés avant l’arrivée de la Chalarose.

Ce projet permet de mettre en place un dispositif de suivi à long terme d'un réseau d'arbres qui permettra de quantifier les conséquences de l'arrivée de la Chalarose sur la qualité et la quantité des dendromicrohabitats portés par les Frênes, et de suivre les impacts sur la biodiversité associée.

Actaforse

Interactions des acteurs pour la gestion des arbres hors-forêt et la production de services écosystémiques

2016

Responsable scientifique : Julien Blanco, Emilie Andrieu

Dans les paysages agroforestiers, les arbres hors-forêt (arbres isolés, haies et lisières) fournissent des services écosystémiques cruciaux pour les acteurs des territoires ruraux et pour la qualité écologique de la matrice paysagère. La structure et les services fournis par ces éléments arborés, s'ils dépendent des facteurs environnementaux, sont aussi influencés par les pratiques de gestion et d'exploitation. Par ailleurs, les acteurs gèrent ces arbres selon ce qu'ils en attendent, selon leurs savoirs et savoir-faire, mais aussi selon les relations sociales qui se créent autour de ces arbres, en particulier dans le cas des haies et des lisières, milieux frontaliers entre plusieurs acteurs. Pourtant, peu de recherches ont été entreprises pour comprendre l'influence des interactions sociales sur les pratiques de gestion des arbres hors-forêt ou pour explorer ce qu'en attendent effectivement les acteurs et gestionnaires, et les tenants et les aboutissants de ces attentes. Dans un contexte où la dynamique et la structure du couvert arboré dans les paysages ruraux dépendent surtout des attentes et des stratégies respectives des acteurs, il est indispensable, pour mieux gérer et valoriser les arbres hors-forêt, de mieux comprendre ce lien étroit entre les sphères socio-culturelle et écologique.

L'objectif du projet Actaforse est de contribuer à cette meilleure compréhension à travers une approche socio-écologique de la gestion des arbres hors-forêt. Il s'agira dans un premier temps d'identifier et d'analyser les relations sociales et les attentes qui s'établissent autour des arbres hors-forêt. Une approche socio-anthropologique, mobilisant des méthodes d'entretien et d'observation-participante, permettra d'identifier les acteurs impliqués dans la gestion de ces arbres, leurs attentes (en termes de services écosystémiques) et leurs savoirs et savoir-faire, et d'analyser comment ces acteurs interagissent entre eux. Les réseaux sociaux seront utilisés pour analyser les diverses configurations sociales mises à jour, ce qui permettra de mettre en relation ces dernières avec les pratiques de gestion et d'exploitation. Cette première étape consistera donc à comprendre les déterminants des pratiques de gestion des arbres hors-forêt, parmi les relations sociales et les logiques et stratégies individuelles. Dans un deuxième temps, les données écologiques détenues par l'UMR Dynafor provenant de projets précédents seront mobilisées pour analyser le lien entre les pratiques et la structure et la dynamique des arbres hors-forêt. A partir de données préexistantes sur les arbres hors-forêt (biodiversité, structure des haies et lisières, répartition spatiale dans le paysage, etc.), il s'agira de mettre en lumière en quoi ces arbres sont affectés par les pratiques de gestion et d'exploitation. Le projet Actaforse entend donc founir une vision intégrée de la gestion des arbres hors-forêt, depuis ses déterminants au sein des logiques d'acteurs et de leurs interactions, jusqu'à son expression dans la structure de ces éléments arborés, en passant par les pratiques de gestion et d'exploitation. Au terme de ce travail, un précis méthodologique à destination des chercheurs et gestionnaires sera établi afin de capitaliser l'expérience acquise par l'UMR Dynafor dans l'approche intégrée des systèmes agroforestiers complexes combinant sciences sociales et sciences du vivant. Le développement et la vulgarisation des approches holistiques et transdisciplinaires constituent en effet un enjeu scientifique et de gestion majeur pour mieux comprendre, conserver et développer les éléments arborés des paysages ruraux en zone tempérée, dans la perspective du développement d'une agroforesterie qualitative sur les plans socio-économiques et écologiques.

Projet SEBIOREF

Promouvoir les Services Ecosystémiques rendus par la Biodiversité à l’agriculture: De la production de références, au conseil et à la proposition d’outils incitatifs

2015

Quels sont les services rendus par la biodiversité à l'agriculture ? A l'échelle de l'exploitation, quelles pratiques et quel paysage permettent de la développer ? Quelles politiques publiques mettre en œuvre pour accompagner les changements de pratiques en faveur de la biodiversité ?

SEBIOREF traite de la biodiversité dans les paysages ruraux et des services écosystémiques rendus par cette biodiversité et plus particulièrement les services de pollinisation et de protection des cultures (régulation des ravageurs). Il porte sur des objets de recherche de différentes natures. Tout d’abord, les pratiques des agriculteurs et des acteurs des paysages ruraux qui organisent le territoire en fonction des services écosystémiques attendus.

 

SEBIOREF envisage aussi les logiques d’acteurs, individuelles et collectives, leurs niveaux de perception de la biodiversité en générale et celle associée à la pollinisation et à la régulation des ravageurs qui vont amener les agriculteurs à mettre en œuvre certaines pratiques agricoles de la parcelle au paysage. La qualité (potentiel de ressources florales) et l’organisation spatiale des paysages ruraux vont ainsi influencer l’abondance et la diversité des insectes auxiliaires des cultures (pollinisateurs, ennemis naturels) et donc l’intensité et la stabilité des services écosystémiques rendus par cette biodiversité. Les enjeux du projet sont, d’une part, d’étudier ces processus complexes dans leurs différentes dimensions (biotechnique, écologique et sociale) et, d’autre part, de produire des connaissances « actionnables » par les acteurs qui soient mobilisables pour le conseil aux agriculteurs.

 

Contact scientifique : Annie Ouin (UMR DYNAFOR), ouin[a]ensat.fr

 

Partenaires scientifiques : UMR DYNAFOR (INRA Toulouse – INP/ENSAT – INP/Purpan), UMR LEREPS (IEP – ENFA), UMR CESBIO (UPS)

 

Partenaires socio-économiques : Chambre Régionale d’Agriculture Occitanie, Chambre départementale d’agriculture 31, ACVA, Val de Gascogne, Observatoire des abeilles, DRAAF, DREAL

Voir la vidéo associée

Please reload

Intranet             © 2017 by Dynafor